Retour sur les chiffres de l'alternance en 2023

Retour sur les chiffres et les tendances de l'alternance en 2023

L’intérêt pour l’alternance en 2023 s’est confirmé avec l’adhésion de près de 975 000 nouveaux alternants, comparativement à 957 000 en 2022. Bien que la croissance soit moins marquée qu’entre 2021 et 2022, qui avait enregistré une augmentation à deux chiffres, le modèle continue de susciter un vif intérêt.

La 3ème édition du baromètre de l’alternance, élaborée par la Fondation The Adecco Group, le cabinet Quintet conseil et l’association Walt, auprès d’un panel représentatif d’entreprises et de jeunes engagés dans l’alternance, met en lumière plusieurs tendances significatives.

En 2023, le taux de satisfaction des alternants a atteint un pic de 91 % en raison de son rôle clé dans la réussite, l’insertion professionnelle et ses avantages financiers avérés.

Parallèlement, les entreprises ont exprimé un enthousiasme similaire, avec 90 % d’entre elles se déclarant satisfaites, voire très satisfaites, de cette voie de recrutement. Ces sentiments positifs sont alimentés par la réponse efficace aux problématiques de recrutement et aux besoins en compétences.

Cependant, malgré ces succès, des défis persistent, tels que la nécessité d’un accompagnement approfondi pour faciliter la mise en relation entre entreprises et alternants, l’intégration effective des alternants en milieu professionnel, la disponibilité de tuteurs qualifiés, et l’importance croissante d’intégrer les compétences relationnelles (soft skills) en milieu professionnel.

Retour sur l’alternance en 2023: tendances, succès et motivations des apprentis

 

L’alternance en France, s’impose comme une tendance majeure, redessine les trajectoires professionnelles des jeunes et influence profondément le paysage du marché du travail.

Dans un contexte où le marché du travail français connaît une effervescence remarquable, les années 2019 à 2022 ont été caractérisées par une croissance de l’emploi de l’ordre de 5,4 %, propulsant le taux de chômage à son niveau le plus bas depuis 1982.

Cette embellie économique trouve une source importante dans la création de 1,2 million d’emplois salariés, dont un tiers est attribuable à des contrats d’alternance. Ainsi, l’alternance en 2023 s’est montré non seulement comme un acteur essentiel de la croissance, mais aussi comme une voie particulièrement attractive pour les jeunes cherchant des perspectives professionnelles stimulantes.

Portrait des apprentis en France

 

À ce jour, les apprentis se répartissent en deux tiers de garçons et un tiers de filles, une proportion inchangée depuis dix ans. Malgré des efforts pour favoriser la mixité, les filles demeurent moins attirées par l’alternance que les garçons.

Concernant l’origine, les jeunes issus de l’immigration ont tendance à privilégier le lycée professionnel plutôt que l’apprentissage. Environ 25 % des lycéens professionnels sont d’origine immigrée, contre 20 % chez les apprentis. Les apprentis sont également moins nombreux à être nés à l’étranger, avec 9,5 % contre 17,3 % pour les lycéens.

Du point de vue social, les parents des apprentis en enseignement supérieur sont plus fréquemment employés ou ouvriers (28 %) que les parents des étudiants scolaires (22 %). Ces données soulignent des disparités significatives dans les contextes familiaux des deux groupes d’apprenants.

91% des alternants satisfaits par l’alternance en 2023

 

L’expérience des alternants suscite un niveau de satisfaction en constante progression. En effet, en 2023, le taux de satisfaction atteint un niveau record de 91 %, en augmentation de 4 points par rapport à l’année précédente et de 9 points par rapport à 2021.

Le choix de l’alternance est une évidence pour de nombreux étudiants, notamment ceux de niveaux bac+2 et bac+5, qui attribuent une note proche de 9/10 à ce dispositif. Cette préférence se traduit par d’autres chiffres, puisque 93 % des alternants affirmant avoir opté volontairement pour cette voie et 30 % des apprentis du supérieur estiment qu’ils n’auraient pas poursuivi leurs études autrement.

Pourquoi le modèle de l’alternance est-il plébiscité ?

 

  • Un pont entre formation et professionnalisation

Le choix de l’alternance repose sur deux piliers essentiels : la professionnalisation, plébiscitée par 47 % des alternants, et la formation, mentionnée par 20 % d’entre eux. Cette voie est particulièrement appréciée pour son impact sur l’insertion professionnelle, avec 65 % des répondants soulignant son rôle crucial, notamment parmi les étudiants de niveaux bac+2 et bac+5. De plus, la confrontation directe avec le monde du travail joue un rôle décisif pour 59 % des alternants, atteignant même 75 % parmi ceux de niveaux bac+2.

L’aspect formatif de l’alternance est largement reconnu, avec 91 % des alternants affirmant se sentir « mieux » voire « beaucoup mieux » formés à l’issue de leur contrat. Cependant, malgré son caractère incontournable, cette voie présente des défis quant à l’intégration des connaissances théoriques à la pratique professionnelle. Alors que la moitié des alternants estime apprendre leur métier en centre de formation, 94 % sont convaincus que l’apprentissage du métier se fait principalement en entreprise. Cela s’explique par le fait que près de 58 % des alternants éprouvent des difficultés lors du transfert de leurs acquis de formation en milieu professionnel, et 48 % soulignent des discordances en entre les missions réalisées en entreprise et leur formation.

  • Une motivation financière :

L’argent compte beaucoup dans le choix de l’alternance, en particulier dans le contexte post-pandémique et inflationniste. Les jeunes sont préoccupés par leur pouvoir d’achat, avec 49 % craignant de vivre une situation financière difficile dans le futur.  Dans ce contexte, 66 % des alternants reconnaissent une motivation financière dans leur choix, que ce soit pour percevoir un revenu durant leurs études ou pour les aider à financer leur formation.

  • Un vecteur de réussite et d’insertion professionnelle :

L’alternance en 2023 se démarque comme étant un choix propice à la réussite et à l’insertion professionnelle. Les résultats parlent d’eux-mêmes : 97 % des apprentis en dernière année de master obtiennent leur diplôme, surpassant les 79 % de réussite des étudiants scolaires. La tendance est similaire en école de commerce, avec un taux de réussite de 89 % pour les apprentis, comparé à 71 % pour leurs homologues scolaires.

Cette tendance positive se poursuit sur le marché du travail, où 73 % des apprentis de niveaux CAP à BTS occupent des postes salariés dans le secteur privé deux ans après leurs études.

L’alternance un parcours gagnant pour les entreprises

 

Malgré des difficultés de recrutement persistantes dans des secteurs clés tels que l’industrie et la construction, où 60% des chefs d’entreprise signalent encore des problèmes, une lueur d’optimisme émerge avec une augmentation notable du recours à l’alternance. En effet, entre 2022 et 2023, le nombre de contrat sur des métiers en tension conclut en alternance grimpe de 6 points pour atteindre 29%, et même 38% pour les entreprises de taille moyenne (50 à 249 salariés).

Une satisfaction grandissante du côté des entreprises

 

Cette tendance à la hausse du recours à l’alternance en 2023 se traduit par une satisfaction généralisée parmi les entreprises. En effet, 90% d’entre elles se déclarent satisfaites voire très satisfaites de cette voie de recrutement. Cette satisfaction est d’autant plus remarquable, avec une note de recommandation atteignant un niveau record de 8,3, soit une augmentation significative de 13 points par rapport à l’année précédente. Chez ID School, nos entreprises partenaires sont fières et enjouées d’accompagner un alternant, découvrez les témoignages des tuteurs.

Quelles sont les raisons de l’adhésion des entreprises au modèle de l’alternance ?

 

  • Une réponse efficace aux besoins en compétences

Malgré un marché du travail toujours tendu, l’alternance se positionne comme une solution privilégiée pour les entreprises en quête de compétences. En effet, 88% d’entre elles y ont recours pour combler les lacunes en compétences et répondre aux métiers en tension, soit une hausse de 6 points par rapport à 2022.

L’objectif premier reste la formation et la fidélisation des nouveaux salariés, une priorité particulièrement soulignée dans des secteurs tels que le BTP/Construction (94%) et l’hôtellerie-restauration (100%).

  • Un avantage financier non négligeable

Au-delà des enjeux liés aux compétences, l’aspect financier gagne en importance dans l’attrait que suscite l’alternance au sein des entreprises. En effet, une tendance notable se dessine avec plus d’une entreprise sur deux (58%) reconnaissant l’importance des avantages financiers liés à l’alternance en 2023.

En 2023, 43% d’entre elles, marquant une augmentation de 6 points par rapport à 2022, considèrent la possibilité d’embaucher tout en maîtrisant les coûts salariaux comme un facteur déterminant, se positionnant juste derrière la priorité accordée à la formation de nouveaux salariés (51%).

Cette sensibilité accrue se traduit par une reconnaissance croissante de l’intérêt financier, notamment avec la prolongation de l’aide à l’embauche d’un alternant de 6 000 € pour les contrats signés en 2024, une opportunité saisie par 24% des employeurs.

Les défis à relever pour pérenniser le modèle de l’alternance

 

L’alternance est en constante augmentation, et il est notable que tant les entreprises que les alternants expriment leur satisfaction envers ce modèle. Toutefois, même avec cette tendance positive, des points de blocage subsistent, soulignant l’importance cruciale de les résoudre pour assurer la pérennité et l’efficacité continue de ce système. Ce défi implique la mobilisation de divers acteurs, comprenant les employeurs, les tuteurs, les centres de formation, et bien entendu, les alternants eux-mêmes.

Enjeux autour de la désignation des tuteurs en alternance

 

Conformément au Code du travail, l’employeur doit désigner un tuteur ou maître d’apprentissage pour encadrer les alternants. Cependant, plus de 22 % des alternants regrettent l’absence de tuteur, mettant en avant son rôle crucial dans leur réussite.

Les employeurs éprouvent des difficultés à mobiliser des collaborateurs en raison du manque de compétences ou de temps.

Les alternants, quant à eux, sont particulièrement sensibles à l’accompagnement de leur tuteur, 88 % d’entre eux saluant son travail, une satisfaction en constante augmentation.

Une intégration en entreprise controversée

 

L’intégration des alternants dans les entreprises suscite des inquiétudes durables. Seulement 7 % des alternants affirment avoir eu accès à un parcours d’intégration spécifique, alors que plus de la moitié des entreprises (53 %) déclarent en offrir un. Cette disparité soulève la question d’une discordance entre les attentes des entreprises et celles des alternants. Ces derniers aspirent probablement à une intégration plus personnalisée et approfondie que celle proposée.

Entreprises et alternants : un besoin accru de mise en relation et d’accompagnement

 

Malgré l’augmentation du nombre d’alternants,  la moitié des entreprises rencontrent des difficultés à trouver des candidats correspondant à leurs attentes, et 44 % des alternants éprouvent des difficultés pour trouver une entreprise accueillante.

Une réponse nécessaire à ces enjeux serait d’offrir un soutien accru tant aux entreprises qu’aux alternants dans leur quête de partenariat. En effet, une étude révèle que 56 % des alternants estiment ne pas avoir reçu un accompagnement suffisant pour trouver une entreprise. Bien que les Centres de Formation d’Apprentis (CFA) aient la responsabilité d’assurer cet accompagnement, il est inquiétant de constater que 66 % des alternants en CAP n’ont pas bénéficié de ce soutien essentiel.

Cependant, il est encourageant de noter qu’une amélioration est perceptible, avec 25 % des alternants et 23 % des entreprises déclarant ne pas avoir rencontré de difficultés en 2023, des chiffres en progression par rapport à ceux de 2021, qui étaient respectivement de 23 % et 14 %.

Les soft skills un enjeu majeur 

 

L’apprentissage professionnel a longtemps mis l’accent sur les compétences techniques (hard skills), mais les soft skills, englobant les aptitudes relationnelles, comportementales et cognitives, ont pris de l’importance aux yeux des recruteurs, surtout avec des niveaux de diplôme élevés.

Cependant, les formations en alternance semblent en retrait dans ce domaine : 77% des alternants et seulement 64% des employeurs jugent comme qualitative la formation aux soft skills. Cette lacune pourrait être comblée par une évaluation formelle de ces compétences, au même titre que les compétences techniques, nécessitant une approche pédagogique plus transversale et de plus long terme.

En dépit de l’augmentation du nombre d’alternants, les résiliations de contrats ont connu une baisse en 2023 par rapport à l’année précédente, passant de 20% à 14%. Cependant, dans 61% des situations, la rupture du contrat a été attribuée au comportement de l’alternant, mettant en évidence l’importance des soft skills.

ID School : accompagnement global et formation adaptée, la clé de la réussite

 

Face aux défis rencontrés pour pérenniser le modèle de l’alternance, ID School déploie une approche globale visant à résoudre les problématiques identifiées tant du côté des alternants que des entreprises.

Notre CFA s’engage pleinement à toutes les étapes du processus, de la recherche d’alternants pour les entreprises à l’accompagnement des tuteurs, en passant par l’assistance des apprentis dans leur quête d’entreprise. Notre objectif est de garantir le succès de chaque acteur de ce partenariat.

Parallèlement, nous assurons un accompagnement continu des alternants tout au long de leur formation, depuis leur entrée en apprentissage jusqu’à leur insertion professionnelle. Ce suivi inclut des échanges réguliers avec les tuteurs pour évaluer leur évolution au sein des structures, facilitant ainsi la détection de besoins d’ajustements éventuels. Ces interactions sont également l’occasion de formuler des recommandations pertinentes, afin de favoriser une intégration professionnelle réussie.

Conscients de l’importance des soft skills dans l’intégration professionnelle et la réduction des ruptures de contrats, nous intégrons une formation spécifique tout au long du cursus, renforçant ainsi l’employabilité des alternants. Cette approche transversale vise à combler les lacunes identifiées dans les formations en alternance, répondant aux attentes croissantes des employeurs en matière de compétences non techniques.

Prêt à rejoindre l’aventure ID School ?

Atteins tes objectifs professionnels !

Postule en moins de deux minutes.

Concrétise ta reconversion professionnelle !

Dépose ta candidature en moins de deux minutes.

Boostez votre entreprise avec nos alternants !

Contactez-nous dès maintenant pour un recrutement réussi.